Alex Fortin 06/10/2018
Crédit photo : Mark Sutton/Sutton Images

40 ans après la première victoire de Gilles Villeneuve à Montréal, une autre Ferrari s’est adjugé le parcours canadien. Sebastian Vettel a remporté le Grand Prix du Canada facilement, dominant la course d’un bout à l’autre.

 

Très heureux à sa sortie de la voiture, Vettel pouvait célébrer sa troisième victoire de la saison, la première depuis la deuxième manche au Bahreïn. Un triomphe qui lui donne le premier rang du championnat des pilotes. Un point devant Lewis Hamilton.

 

« J’ai dit hier comment cet endroit est important dans l’histoire pour Ferrari. Les gens étaient super contents lors de mon dernier tour. On sent comment Ferrari est important ici. C’est une belle journée pour rendre honneur au grand Gilles Villeneuve ! »

 

Nullement inquiété par ses poursuivants, Vettel a pu contrôler la distance avec Valtteri Bottas durant tout le Grand Prix. Le Finlandais s’était visiblement résigné à défendre sa deuxième place, la victoire étant inatteignable.

 

« Ils avaient le rythme depuis le premier tour, pas nous. À la fin on croyait pouvoir rattraper Sebastian, mais on allait manquer d’essence alors j’ai dû ralentir et Max se rapprochait. Sinon le départ était le plus excitant, j’ai bien aimé défendre ma deuxième place contre lui », de résumer Bottas.

 

La bataille de derrière aura prouvé la bonne forme des Red Bull et le manque flagrant de rythme pour Lewis Hamilton cette fin de semaine. Pourtant, le tout sur une piste où il a remporté la victoire à six occasions.

 

« Je suis seulement reconnaissant d’avoir terminé. Le moteur surchauffait énormément dès le début de la course. J’aurais pu perdre beaucoup plus de points » s’est contenté de dire Hamilton.

 

Même pas un tour pour Stroll

 

Le favori de la foule, Lance Stroll, n’a pas été en mesure de boucler son premier tour. Le Canadien a eu un accrochage avec Brandon Hartley au cinquième virage. L’incident fut spectaculaire, mais a mis en veilleuse l’excellent départ du jeune pilote.

 

« J’ai eu un bon départ. J’étais 13e après les deux premiers virages. La voiture est partie en sous-virage et Hartley était à ma gauche. S’éviter était devenu impossible, il n’y a pas assez de place pour les deux voitures à cet endroit », a raconté Stroll comme version des faits.

 

Une fin de semaine remplie d’espoir n’a donc jamais donné les résultats attendus par l’équipe et Lance Stroll. Néanmoins, le jeune pilote de 19 ans gardait la tête haute.

 

« C’est comme ça, c’est la course. J’ai encore eu un bon départ. On continue, il y a plein de surprise dans ce sport et à venir pour le reste de l’année ».

 

 

Leave a comment.

Your email address will not be published. Required fields are marked*

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.